Ordre de Chevalerie
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Codex de l' Ordre

Aller en bas 
AuteurMessage
Avelenn
Grand Maître
avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 29/04/2018

MessageSujet: Codex de l' Ordre    Mer 2 Mai - 17:26

CODEX DE L'ORDRE DE CHEVALERIE LAUSANNOIS


 
 
PREAMBULE Après une longue période de disparition de notre Ordre,Nous, Frères de l'Ordre de Chevalerie Lausannois, accompagnés spirituellement du Sacré Ordre de l'Étoile de Christos, réitérons nos premiers vœux tenus d'alors il y a près de trois siècles auprès du Saint-Siège et au Serviteur de Titus, Sa Sainteté le Pape, en remaniant nos Statuts basés sur les us et coutumes de l'Ordre, en conformité avec le Droit Canonique actuel, les règles édictées par les Saintes-Armées et la Tradition.
 
CHAP.I. De l'Ordre et de sa nature 
 
Article I. Des fondations et la nature de l'Ordre.
Article I.1 : L'Ordre de Chevalerie Lausannois est un Ordre de Chevalerie Aristotélicien qui remonte ses origines à la la période des croisades en Terre-Sainte, soignait les nécessiteux et prêtant protection aux pèlerins allant à Jérusalem. 
Article I.2 : L'Ordre a pour vocation de glorifier Dieu au moyen du service de la charité et de la défense des intérêts de la Foi et du Saint-Siège.
Article I.3 : Soumis aux préceptes et commandements du Très Haut, de ses Prophètes et des représentants de l'Église, l'Ordre réaffirme son attachement aux vertus aristotéliciennes de la charité, témoignant des valeurs de l'amitié aristotélicienne aux pauvres, la veuve, l'orphelin et le nécessiteux.
Article I.4 : Dès ses origines, l'Ordre a été un ardent combattant contre l'hérésie en Terre-Sainte. Par la présente charte, l'Ordre renouvelle ses premiers vœux contre les hérésies et hétérodoxies dans l'ensemble de l'Aristotélisme.
 
Article II De la souveraineté de l'Ordre et de ses liens au Saint-Siège
Article II.1 : L'Ordre exerce sa souveraineté sur l'ensemble de ses terres lausannoises, prêtant aide militaire et service à la Sainte Église et à son Clergé.
Article II.2 : Les fonctions législatives, exécutives et judiciaires sont dévolues aux organes compétents de l'Ordre, selon les dispositions édictées par cette présente charte.
Article II.3 : L'Ordre est reconnu, par la Congrégation des Saintes-Armées, comme étant un Ordre militaire religieux de la Sainte Église Aristotélicienne, Universelle et Romaine.
Article II.4 : La souveraineté de l'Ordre découle de l'autorité du Saint-Siège. Conformément à l'Art I.2, l'Ordre fait prime allégeance au Saint-Siège, le Successeur de Saint-Titus, représenté en la personne de Sa Sainteté le Pape.
 
Article III. De l'identité propre de l'Ordre
Article III.1 : La devise rappelle aux chevaliers, les deux missions principales de l'Ordre de Chevalerie Lausannois : « Tuitio Fidei et Obsequium Pauperum » (Défense de la Foi et assistance aux pauvres).
Article III.2 :
Article III.3 : L'étendard de l'Ordre se décrit de même que ses armes.
Article III.4 : Les langues officielles de l'Ordre sont le Latin, le Français et l'Anglois.
Article III.5 : L'Ordre, fier de son identité, suit scrupuleusement l'observance des rites Aristotéliciens, le Dogme et le Droit Canon.
Article III.6 : Tout amendement ou ajout de signes distinctifs de l'Ordre devront être soumis au préalable au Haut-Conseil, et si avis favorable, au Chapitre Général.
 
CHAP.II. De l'organisation hiérarchique
 
Article I. De la nature des classes et de leurs devoirs
Article I.1 : Les membres de l'Ordre sont divisés en trois classes, selon la tradition .



      • Les Laboratores, qui sont donc les Aspirant voulant rejoindre l'Ordre, puis les Servants qui participent à la vie de l’Ordre sans appartenir à l'une des autres classes.
      • Les Oratores, qui regroupe le Chapelain, les deux Chevaliers Chapelains et le Grand-Prieur.
      • Les Bellatores, qui regroupe le Page (si d'âge mineur), l'Écuyer (si d'âge majeur), le Chevalier, le Chevalier-Banneret et les membres du Haut-Conseil.



 
Article II De la formation des Aspirants
Article II.1 : Les Aspirants sont invités a présenter leur candidature au Grand-Précepteur de l’Ordre. L’ensemble des Chevaliers décident si la candidature de l'aspirant est accepté ou refusé.
Article II.2 : Les Aspirants devront suivre une formation militaire, réalisé par un Chevalier ou le Grand-Précepteur. Ils suivront également une formation religieuse enseignée par le Grand-Prieur ou un Chevalier-Chapelain.
Article II.3 : Le contenu des formations sont décidés par le Haut-Conseil de l’Ordre.
Article II.4 : À l’issue de la formation, l'Aspirant devient rejoint la classe qu'il désire au grade le plus bas. Un Chevalier sera nommé, parmis la classe appropriée, afin d'agir comme formateur et tuteur.
 
 
Article III De la Hiérarchie
 


    • Sa Sainteté le Pape
    • Cardinaux-Connétables de Rome 
    • Grand-Maître 
    • Grand-Précepteur et Grand-Prieur
    • Grand-Officier
    • Chevalier-Banneret 
    • Chevalier-Chapelain
    • Chevalier
    • Écuyer
    • Aspirant


Article IV Du devoir
Article IV.1 : Chaque membre de l’ordre devra ainsi pour devenir membre à par entière jurer de respecter ceci :



      • Loyauté : Le chevalier ou écuyer doit toujours être loyal envers ses compagnons d'armes. Que ce soit pour la chasse ou pour traquer un ennemi, il doit être présent au combat jusqu'à la fin avec ses compagnons, prêt à les aider en tout temps avec vaillance. 
      • Prouesse : Le chevalier ou écuyer doit être preux et posséder une grande vigueur musculaire. La force de l'âme est aussi très importante afin de combattre les redoutables adversaires qu'il rencontre lors de ses quêtes. Il doit les combattre pour le service de la justice et non par vengeance personnelle. 
      • Sagesse et mesure : Le chevalier ou écuyer doit avoir le contrôle sur sa colère. Il doit rester maître de lui-même en tout temps. 
      • Largesse et courtoisie: Un chevalier ou écuyer doit partager autant de richesses qu'il possède avec amis et paysans sous son aile. 
      • Justice : Le chevalier ou écuyer doit toujours choisir le droit chemin sans être encombré par des intérêts personnels. La justice par l'épée peut être horrible alors l'humilité et la pitié doit tempérer la justice du chevalier. 
      • Défense : Un chevalier ou écuyer doit toujours défendre sa nation, sa famille et ceux en qui il croit fermement et loyalement. 
      • Courage : Un chevalier ou écuyer  se doit de choisir le chemin le plus difficile et non le chemin guidé par ses intérêts personnels. Il doit être prêt à faire des sacrifices. 
      • Foi : Un chevalier ou écuyer doit avoir foi en ses croyances et ses origines afin de garder l'espoir. 
      • Humilité : Le chevalier ou écuyer ne doit pas se vanter de ses exploits, mais plutôt laisser les autres le faire pour lui. Il doit raconter les exploits des autres avant les siennes afin de leur donner le renom dont il mérite. 
      • Franchise : Le chevalier ou écuyer doit parler le plus sincèrement possible. 



Article IV.2 : Chaque membre de l’Ordre devra ainsi, pour devenir membre à par entière, jurer de respecter les règles suivantes :
I. Tu croiras à tout ce qu'enseigne la Sainte Eglise Aristotélicienne et observeras tous ses commandements. 
II. Tu protègeras la Sainte Eglise et ses fidèles. 
III. Tu respecteras et défendras les faibles. 
IV. Tu ne reculeras pas devant l'ennemi et seras preux et courageux en toute circonstance. 
V. Tu feras une guerre sans trêve et sans merci à l'hérésie. 
VI. Tu t'acquitteras exactement de tes devoirs féodaux, s'ils ne sont pas contraires aux enseignements de la Vraie Foi. 
VII. Tu seras, partout et toujours, le champion de la Justice et du Bien contre l'Iniquité et le Mal. 
VIII. Tu ne mentiras point et sera fidèle à la parole donnée. 
IX. Tu seras humble et loyal à l'égard de tes compagnons d'armes. 
X. Tu seras charitable et généreux. 
XI. Tu seras sage et maître de toi-même. 
Article IV.3 : Chaque membre de l’Ordre adoubé devra obligatoirement passée par la cérémonie liturgique approprié, à savoir :
- Préparatifs Le futur chevalier sera entendu en confession par le Grand-Prieur de l'Ordre Allié Aristotélicien. Le futur chevalier devra faire un don honorable en fonction de ses moyens à l'Eglise de sa paroisse et/ou aux nécessiteux. Il pourra prendre conseil auprès des clercs de son ordre ou de son diocèse. 
- Cérémonie liturgique Le futur chevalier s'agenouille devant le prieur de son ordre. Le prieur bénit l'épée qu'il va remettre au Chevalier. 
Grand-Pieur : "Saints Archanges qui chantez sans cesse les louanges du créateur de toute chose, qui ne respirez que la gloire du Très Haut, et qui resplendissez du feu de son amour, qui présentez au Père les misères et les vœux de ses Enfants, qui volez à notre secours, bénissez cette épée. Saints Archanges, qui nous soutenez dans tous nos justes combats, qui nous protégez de nous même comme vous avez protégé les justes à Oanylone, qui portez nos âmes devant notre Juge et Créateur, bénissez cette épée. Que par les prières et les mérites des bienheureux de la communauté aristotélicienne vous apportent la paix, la prospérité, la force et le salut par la foi et l’amour de notre Créateur. Et que cette bénédiction permette à la quintessence divine de descendre sur cette épée et y demeure à jamais."
Le Grand-Prieur donne l'arme au Maître de cérémonie, qui la pose sur la dextre du futur chevalier. Grand-Prieur : 
"Saint Miguaël, Archange du don de soi, guide cet homme sur le dur chemin de l’abnégation pour la grandeur de l’église et le service divin! Saint Michel, Archange de la justice, défend cet homme dans son combat! Soyez son rempart contre la malice et les pièges de la créature sans nom! Sainte Raphaëlle, Archange de la conviction, donne à cet homme la force d’exprimer sa foi en toute circonstance!"
Le maître de cérémonie met l'épée bénie dans le fourreau et ceint le tout au nouveau chevalier. 
Maître de cérémonie : "Par cette épée, tu es désormais au service du Très-Haut mais sans ta foi, elle ne te servira pas."
Le maître de cérémonie porte le soufflet au chevalier. Le chevalier se relève pour lui donner l'accolade et s'agenouille à nouveau. Le chevalier prête serment avec ou sans répétions suite au maître de cérémonie. Le chevalier jure de respecter le Code de Chevalerie et le récite. Le chevalier récite le Credo, un genou à terre, tête baissée, la main sur le pommeau de son arme. 
Le maître de cérémonie, le Grand-Prieur et l'assemblée reprennent le Credo. 
Article IV.4 : Après l’adoubement, une annonce officielle de l’Ordre est publiée afin de signifié le nouveau statut du Chevalier. Ce dernier peut  aller demander son blason à la Hérauderie de l’Ordre.
 
Article V. Des particularités des charges
Article V.1 : La charge de Grand-Maître ou de Grand-Officier est attribuable uniquement à ceux ayant été adoubé Chevalier de l’Ordre.
Article V.2 : La charges de Grand-Prieur, canoniquement appelé le Prieur, est une charge ecclésiastique uniquement accessible aux deux Chevaliers-Chapelains de l'Ordre. Sa nomination est faite selon les modalités du Can. 5.5.IX.B.2.3.
Article V.3 : Conformément au Droit Canon, seul le Grand-Prieur et les deux Chevaliers-Chapelains sont des prêtres ordonnés. Les Chapelains sont des diacres non-ordonnés.
Article V.4 : La charge de Chevalier-Banneret est attribuée aux Chevaliers ayant démontré leurs compétences militaires sur le terrain ou en mer. Ils ont vocation à dirigé des commanderies. Ils sont élus par l’ensemble des Chevaliers de l’Ordre ou désignés par le Grand-Maître.
 
CHAP.III. De la Gouvernance de l'Ordre.
 
Article I. De la charge de Grand-Maître
Article I.1  : Le Grand-Maître est le dirigeant de l'Ordre. En vertu de l'Art II.1 du Chap. I, le Grand-Maître dispose des honneurs de Grand-Maître de l'Ordre de Chevalerie Lausannois, du rang d'évêque conformément aux prescriptions du Droit Canon, et du titre Prince de Lausanne. Il porte le prédicat de Son Altesse le Grand-Maître, ou de Monseigneur le Grand-Maître.
 
A ce titre il peut anoblir des Comtes, Vicomtes, Baron, seigneur selon le mérite des membres de l’ordre durant leurs missions. Et en tenant compte de leur mérites ainsi que comportement. Il a ainsi le droit de demander une destitution pour tout manquement au vivre noblement.
 
Article I.2 : Le Grand-Maître est élu à la majorité simple par les Grands-Officiers de l’Ordre.
Article I.2.1  : Disposer du statut de Chevalier de l’Ordre est une condition d'éligibilité à la fonction de Grand-Maître.
Article I.2.2  : Chaque élection de Grand-Maître doit être communiquée publiquement et auprès de la Congrégation des Saintes-Armées.
Article I.2.3  : Après l'annonce de l'élection du nouveau Grand-Maître au Saint-Siège, le Grand-Prieur de l'Ordre se doit d'organiser une cérémonie liturgique d'intronisation et de sacre. À ce moment, le Grand-Maître devra faire serment prime envers Sa Sainteté le Pape devant l'ensemble du Chapitre Général.
Article I.3 : Le Grand-Maître exerce son autorité suprême sur l'Ordre, aidé du Haut-Conseil. Il lui revient le droit de nommer les Grands-Officiers, avec l'accord du Chapitre Général, de promulguer tout décret gouvernemental et législatif émanant du Haut-Conseil, de recevoir dans l'Ordre tout membre postulant et de mettre en exécution les directives du Saint-Siège.
Article I.4 : Le Grand-Maître a la possibilité de renoncer à ses fonctions. Cette renonciation est ratifiée par le Haut-Conseil, publiée au Chapitre Général et transmise à la Congrégation des Saintes-Armées.
Article I.5 : Dans le cas d'un empêchement du Grand-Maître de l'Ordre ou la vacance du siège de Grand-Maître, la régence est assurée par le Haut-Conseil, sous la direction du Grand-Précepteur, jusqu'à l'élection d'un nouveau Grand-Maître.
 
Article II. Des Grands-Officiers
Article II.1 : Le Grand-Précepteur est le second après le Grand-Maître. Il remplace le Grand-Maître en cas d’absence ou de vacance du siège de Grand-Maître, ayant pour seconde charge de superviser l'avancement des Aspirants. 
Article II.2 : Le Grand-Prieur est le représentant religieux de l'Église Aristotélicienne, Universelle et Romaine au sein de l'Ordre de Chevalerie Lausannois. Il dirige donc toute la partie spirituelle de l'Ordre. Il a vocation d'organiser l'ensemble des enseignements religieux au sein de l'Ordre. Il veille à effectuer les cérémonies religieuses aussi souvent que nécessaire.
Article II.3 : Le Grand-Chambellan s’occupe de la diplomatie interne et externe de l'Ordre.
Article II.4 : Le Grand-Héraut est en charge des affaires héraldiques de l'Ordre, la confection des blasons des Chevaliers et nobles de l’Ordre, ainsi que de tout les affaires touchant au bon fonctionnement héraldique.
Article II.5 : Le Grand-Maréchal a pour mission de diriger l'ensemble des opérations militaires de l'Ordre, que ce soit les missions d'escorte, coordonner les troupes lors d'une croisade, ou faire exécuter des exercices de formation pour les jeunes recrues.
Article II.6 : Le Grand-Hospitalier est responsable de l'apport logistique et financier de l'Ordre, tel que le ravitaillement, l’entretient de l'équipement des soldats, l'approvisionnement en nourriture et la dispensation de soins pour les blessés et les démunis. Il a aussi, sous ses ordres, les médicastres de l'Ordre.
Article II.7 Les Chevaliers Banneret dirigent une commanderie ou une section de huit Chevaliers et Écuyers.
Article II.8 : Les Grands-Officiers sont les membres du Haut-Conseil. Ils disposent de l'ensemble des droits et honneurs dévolus aux premiers dignitaires de l'Ordre, selon les lois de l'Ordre.
Article II.9  : Chacun des Grands-Officiers peut s’organiser comme il l’entend afin de mener à bien sa mission d’organisation et de gestion.
 
CHAP.IV. Des institutions de l’Ordre Article I. Du Haut-Conseil
Article I.1 : Le Haut-Conseil assiste le Grand-Maître dans la gouvernance de l'Ordre; cette organe doit être consultée par le Grand-Maître lorsqu'il prend toute forme de décision, qu'elle soit législative, judiciaire ou exécutive.
Article I.2  : Pour chaque décision, le Grand-Maître peut consulter le Haut-Conseil par le biais d’une discussion ou d’un vote. Chaque membre du Haut-Conseil possède une voix lors des votes. Les décisions mises au vote sont prises à majorité absolue des votants.
Article I.3  : Le Grand-Maître et les Grands-Officiers ont droit de siéger au sein du Haut-Conseil.
Article I.4  : Le Haut-Conseil peut choisir de coopter des membres observateurs de l'Ordre, par décision de la majorité des membres du Haut-Conseil, avec accord préalable du Grand-Maître.
Article I.5  : Les membres du Haut-Conseil sont nommés et démis par le Grand-Maître, les nominations étant accompagné d'un vote au sein du Chapitre Général.
 
Article II. Du Conseil des Officiers
Article II.1 : Le Conseil des Officiers est un conseil plus élargi du Haut-Conseil.
Article II.2 : Le Conseil des Officiers réunit l’ensemble des Grands-Officiers, les Chevaliers Bannerets, et les Chevaliers-Chapelains de l'Ordre afin de discuter de l’ensemble des sujets qui pourraient concerner les commanderies de l'Ordre.
Article II.3 : Le Grand-Maître préside le Conseil des Officiers et peut y exclure tout membre pour comportement inopportun après le vote de la majorité des membres constituant ledit conseil. Cette exclusion peut être définitive ou momentanée. Une annonce devra suivre afin de préciser la sanction disciplinaire.
Article II.4 : L'organisation de guerres, croisades ou missions doivent être supervisées par le Grand-Maître et les Grands-Officiers au sein du Conseil des Officiers.
 
 
Article III. Des Conseils de Commanderie
Article III.1 : Toute Commanderie de l'Ordre possède son propre Conseil de Commanderie. Les Conseils de Commanderie ont la responsabilité de veiller sur l'administration des membres dans une zone déterminée.
Article III.2 : Dans chaque Commanderie, le Conseil de Commanderie réunit le Chevalier-Banneret, qui est responsable des fonctions proprement militaires, du Chevalier-Chapelain ou Chapelain senior habitant dans la zone, et des Chevaliers.
Article III.3 : Chaque Chevalier-Banneret préside son Conseil de Commanderie. En cas d'absence, le dirigeant spirituel local peut remplacer le Chevalier-Banneret. S’ils l'estiment nécessaire, ils peuvent exclure tout membre du Conseil de Commanderie après vote des membres. Le Haut-Conseil a nécessairement le droit de siéger au sein du Conseil de la Commanderie.
Article III.4 : Le Chevalier-Chapelain, ou le Chapelain le plus senior habitant dans la Commanderie, possède le droit de siéger en tant que représentant spirituel.
 
Article IV. Du Tribunal de l’Ordre
Article IV.1 : Le Tribunal de l’Ordre est l'institution de résolution des conflits au sein de l’Ordre, peu importe la nature du conflit.
Article IV.2 : Tout membre de l’Ordre est habilité à déposer plainte contre un autre membre de l’Ordre.
Article IV.3 : Le Tribunal est présidé par le Grand-Maître ou, si nécessaire, par un Grand-Officier nommé par le Haut-Conseil afin de le remplacer.
Article IV.4 : La présidence est accompagnée de deux juges, désignés par le Haut-Conseil, pour statuer sur l’affaire.
Article IV.5 : Pour toute infraction au Droit Canon, l’Inquisition sera saisie afin de dispenser la justice ecclésiastique. Un cas impliquant un membre ordonné peut, si nécessaire, se faire renvoyer auprès de la Pénitencerie Apostolique.
Article IV.6 : Si l’affaire ne tombe pas sous une juridiction ecclésiastique externe, un procureur possédant une licence émise par un séminaire Inquisitorial sera désigné pour poursuivre le prévenu. Il pourra enquêter comme bon lui semblera.
Article IV.7 : Le prévenu est innocent, tant que le tribunal ne l'aura pas jugé autrement. Il aura le droit de demander un avocat, qui doit être baptisé, et de faire appel du jugement auprès de la Congrégation des Saintes-Armées.
Article IV.8 : Dans le cas de la discipline, les sanctions seront décidées en commun accord avec le supérieur du subordonné mis en cause et par le Haut-Conseil. 
Ainsi elles iront de :



      • L’avertissement
      • Le second avertissement
      • La suspension
      • La dégradation
      • Le renvoi



Article IV.9 : En cas de demande d’appel, le Cardinal-Connétable désigne sa propre Cour. Ce jugement sera définitif.
 
Article V. Du Chapitre Général
Article V.1 : Le Chapitre Général est l'organe suprême de l'Ordre dans un champ d'action déterminé. Il constitué de tous les membres  de l'Ordre, toutes classes et langues confondues. Tous membres de l'Ordre à droit de siéger au sein du Chapitre Général.
Article V.2 : Après déclaration officielle du décès ou de la démission du Grand-Maître, le Chapitre Général se réunit pour décider des noms du potentiel prochain Grand-Maître de l'Ordre. Ce débat est présidé par le Grand-Précepteur.
Article V.2.1 : Lors de l'élection du Grand-Maître, seuls les membres du Conseil des Officiers peuvent voter.
Article V.3 : Le Haut-Conseil doit saisir le Chapitre Général en cas de modifications du présent Codex. Chaque classe s'exprimera à égalité.
Article V.4 : S'il le souhaite, le Grand-Maître peut consulter le Chapitre Général  à propos de questions importantes, tel que l'approbation de projets de lois qui seront soumis au Haut-Conseil.
 
CHAP.VI. De l'Organisation territoriale et administrative de l’Ordre.
 
Article VI.  L'organisation territoriale et administrative de l'Ordre est établie sur plusieurs  niveaux territoriaux. 
Article VI.1 : Le premier niveau territorial est la Commanderie Générale. L'Ordre siège en les terres confédérales de la Principauté de Lausanne.
Article VI.1.1 : La Principauté est directement sous la responsabilité du Grand-Maître de l'Ordre.
Article VI.2 : Le second niveau territorial est la Commanderie, dirigé par un Chevalier-Banneret. Les commanderies sont nécessairement autorisées après vote favorable du Haut-Conseil de l’Ordre.
Article VI.2.1 : La Commanderie obéit aux règles internes de l’ordre. Elle prend ses ordres directement du Haut-Conseil ou du Grand-Maître.
Article VI.3 : Le Troisième niveau sont les Tavernes et feu de camps contrôlés par l’ordre. Un chevalier est nécessairement nommé responsable de ses infrastructures. Il a la charge de veiller à leur entretien. Et veille également à ce qu’elles soient alimentées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Codex de l' Ordre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ordre de bataille des Armées à Waterloo. E-M, et Garde
» Ratzi est Chevalier de l'Ordre Teutonique !!!
» L'internat, diverses questions d'ordre pratique !
» Nouvel Ordre Mondial de Dieu
» *[En ligne] Les chevaliers de l'Ordre du Collier de Savoie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre Lausannois :: Entrée de l'Ordre Lausannois :: Herse d'entrée-
Sauter vers: